La Psychomotricité

La psychomotricité est une approche thérapeutique qui s'exerce dans le cadre d'une pratique paramédicale.

Les psychomotriciens, titulaires d'un diplôme d'état de la faculté de médecine sont, en tant qu'auxiliaires médicaux, habilités à pratiquer un certains nombre d'actes.

Ils interviennent auprès de publics de tous âges, des bébés prématurés aux personnes âgées.​

Les domaines d'intervention des psychomotriciens sont donc très variés: maternité, crèche, centre de pédopsychiatrie et de psychiatrie, institut médico-éducatif pour les personnes handicapées et autistes, services hospitaliers de traitement de la douleur, addictologie, reéducation fonctionnelle, maison de retraite, exercice en libéral...

La formation des psychomotriciens leur permet d'avoir une compréhension des troubles ayant une dimension à la fois psychique et 
corporelle et d'utiliser dans leurs dispositifs de soins des techniques corporelles comme outils thérapeutiques. On parle de médiations thérapeutiques: la relaxation, la danse, les techniques théâtrales, l'hypnose, le Qi cong, l'équithérapie, la balnéothérapie...en fonction de leurs spécialisations.


Les actes ne sont pas conventionnés ( non remboursés par la sécurité sociale) mais en partie pris en charge par certaines mutuelles et par la MDPH via une allocation AES.

Les psychomotriciens interviennent sur quatre grands versants:

-Le bilan psychomoteur et l'observation clinique qui constituent des outils diagnostics permettant de dégager des orientations de travail.
-La prévention: prise en charge des troubles des interactions précoces parents-bébé, dépistage précoce de l' autisme ou encore travail autour de la prévention et du relevé des chutes avec les personnes âgées....
-L'éducation-rééducation: accompagnement vers l'autonomie de personnes intellectuellement déficientes.... stimulations sous forme d'exercices adaptés pour permettre aux personnes présentant des troubles neurologiques,des troubles instrumentaux, des handicaps ou des maladies dégénératives, d'améliorer ou de maintenir au mieux les fonctions lésées.
-La thérapie psychomotrice: elle est indiquée quand l'expression de la souffrance s'exprime en partie par des manifestations corporelles mais que le symptôme a une dimension relationnelle.
On parle d'une approche globale qui tient compte de l'intrication de la logique corporelle et relationnelle.
 
Je travaille pour ma part avec les enfants sur le versant de la Thérapie Psychomotrice: le symptôme n'est pas conçu comme un mal isolé à éradiquer mais comme un signe d'appel à prendre en compte et à respecter. Il s'agit alors d'aider l'enfant à se re approprier ses compétences motrices, cognitives et relationnelles jusqu'à ce que son symptôme n'ait plus lieu d'être.
Avec les enfants, les jeux moteurs; éducatifs; les jeux développant le langage et l'imaginaire; les livres et les contes; le dessin et le graphisme; les techniques d'expressions théâtrales...constituent des expériences autour desquelles se noue un dialogue tant au niveau verbal que non verbal.

La thérapie psychomotrice est indiquée dans: les retards psychomoteurs, retards de langage, immaturité affective, difficulté de séparation et d'autonomisation, troubles de la régulation tonique et émotionnelle, agitation motrice et troubles de l'attention, manque de confiance en soi pour se lancer dans les apprentissages, difficultés à aller vers les autres et prendre sa place dans un groupe...

 

                      Un petit détour pour mieux comprendre?​



            Habiter son corps, à chacun son histoire.....

                        ....Tout commence avec un corps...


Le bébé naît avec un corps porteur d'un bagage génétique qui le détermine en partie, garçon ou fille, brun ou blond, en bonne santé ou dés le départ objet d'inquiétude et de soins médicaux.
La qualité de l'attention et des soins qu'il va recevoir va lui permettre de constituer son 1 er socle psycho-corporel.
Chez les bébés et les petits enfants, le corps constitue le 1 er mode d'entrée en relation avec soi même et avec les autres.
C'est au moyen et au cours de ses expériences sensorimotrices et motrices en relation (avec l'autre et le monde extérieur) que le jeune enfant expérimente, développe ses compétences instrumentales ( son savoir faire), son intelligence, son affectivité, son langage, construit son identité, se fait sa place.
Ces expériences s'organisent dans le quotidien familial autour du moment des repas, du coucher, de la toilette, de l'apprentissage de la propreté, des jeux... mais aussi à l'occasion des séparations nécessaires à la socialisation que sont l'entrée à la crèche, à l'école et lors des apprentissages fondamentaux comme la lecture ou l'écriture.


             .... Un corps à soi, un corps maison...

Petit à petit, comme on construit une maison avec ses fondations, ses murs, son toit, ses portes et fenêtres qu'on peut ouvrir ou fermer sur l'extérieur, l'enfant se construit un corps maison.
L'intérieur devient comme un habitacle intime pour y loger ses pensées. Il peut s'y poser, s'y installer en sécurité.
Le corps qui lui a été donné devient son corps. A lui d'apprendre à le connaître et à en prendre soin.
Progressivement, il va aussi pouvoir l'utiliser pour s'exprimer, agir de façon autonome sur son environnement.


                 ...Un corps identité...

Quand ces fondations identitaires sont pour différentes raisons trop fragiles, c'est aussi souvent par le corps que s' expriment les souffrances et les conflits.
Tout au long de la vie, particulièrement dans les moments de transition ou d'épreuve, les manifestations du corps, connecté de façon privilégiée aux émotions et à la vie inconsciente nous interrogent sur ce que nous sommes, ce dont nous avons besoin, ce que nous désirons.

 

 
Bien que le cheminement de chacun ne soit jamais linéaire et sans embûche, il arrive, à certains moments d'un parcours de vie de ressentir le besoin d'être aidé par un professionnel.
Le travail du psychomotricien consiste à accompagner la personne dans les aléas de cette construction en l'aidant à mobiliser ses ressources pour qu'elle puisse se réorganiser de façon plus satisfaisante.